TEST1
27.10 2015

Quand la vie absorbe le travail !

Je publie avec Inès Pauly une tribune dans le hors-série Vivre et Travailler en 2030 d'Alliancy Le Mag sur la réinvention du rapport à nos temps de vie. Nous pensons que le nouvel équilibre des temps de vie familiale, vie de loisirs et vie professionnelle repoussera demain les limites du Code du Travail. En 2030, les syndicats et l’État auront pris acte des nouvelles relations de la société au travail et créeront un Code de Vie. Ce Code de Vie bâtira des formes nouvelles de liens économiques, familiaux et sociaux. Il offrira à chacun les moyens de réguler ses activités professionnelles et personnelles en fonction de 3 référents : le sens de ses différents temps de vie ; leur allocation de temps ; et la rémunération. Il donnera des repères structurants et soutiendra les moins agiles. Nous doserons ces 3 facteurs en permanence, dans une même journée mais aussi à l’échelle de la vie. (...)

De nouvelles formes d’entreprises apparaîtront. Ce seront des plateformes d’intermédiation qui mettront en relation les individus-entrepreneurs de leur vie professionnelle, et leurs clients.

Nous collaborerons grâce à des représentations communes qui incarneront le projet et permettront de le partager à distance, même de façon désynchronisée. Nous manipulerons des projets 3D évolutifs, sous forme d’hologrammes par exemple. Ce nouveau mode de travail à distance, basé sur la sensorialité, favorisera l’émergence d’individus sensibles et empathiques.

Nous vivrons sur le territoire en nous regroupant par communautés d’individus qui partagent le même biorythme, les mêmes valeurs sur les 3 dimensions de la vie. Certains feront par exemple le choix de vivre et travailler depuis la campagne, mais près d’aéroports. Ils concilieront une vie professionnelle à distance avec la capacité à rejoindre rapidement n’importe quel hub de la planète. (...)

Dans ce nouvel équilibre de nos vies, l’enjeu de l’éducation en 2030 sera, plus encore qu’en 2015, d’apprendre à apprendre. Il s’agit de transmettre le plaisir d’apprendre comme les outils pour s’organiser. L’éducation stimulera l’esprit de projet collectif, à tous les âges de la vie. L’ambition sera de gommer autant que possible la peur de l’inconnu. Après-demain sera toujours un monde inexploré, mais pas incertain. Nous serons tous poussés à le créer, nous en aurons les moyens et les outils, et nous serons encadrés. Le plus difficile restera à faire : être créatif à tous les instants de notre vie pour nous épanouir, individuellement et collectivement.

Une vision optimiste et prospectiviste à découvrir ici !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ neuf = 11